Accueil : André Weill > Livre : Le marchant de bonheur > Diaporama 14      | Autres ouvrages de l'auteur

Le marchant de bonheur - diaporama

Jérusalem. Devant la vieille ville.


Tu t'identifies tellement à l'encre de ton Livre que tu en oublies l'eau de ton baptême. Ô Jérusalem, je t'aime moi non plus. Je te hais dans ton orgueil égotique, mais je t'aime dans ta triplicité que je tiens pour prophétique. Je te hais dans tes veaux d'or, mais je t'aime dans tes insondables profondeurs. Je te hais dans tes treillis militaires, mais je t'aime dans la kipa de tes enfants. Ô Jérusalem, je sais que tu n'es pas dupe de ma démarche. Si je t'ai amené ce caillou depuis Auschwitz, ce n'est pas pour surélever tes murs. Mais pour imprégner tes entrailles du sang de Fernand et de tous ceux qui, partout dans le monde, comme lui, ont été trahis, manipulés, torturés puis éliminés pour seule raison d'identité ou de religion.

Lieu exact du Mur des Lamentations.

Shalom ! Ce matin, le petit caillou a fini son errance au mur des Lamentations, le lieu le plus sacré de la mystique juive. Je l'ai lâché au-dessus d'une petite faille, ouverte à même le sol entre le mur et une dalle de verre. Je l'ai entendu rouler, quinze mètres en contrebas. Enfoui à jamais dans les entrailles de Jérusalem, il repose dans sa terre mère qui soutient le temple de Salomon. Désormais, à toute heure du jour et de la nuit, des hommes et femmes viendront prier ici et se recueillir sur la tombe de Fernand.





Diapo précédente | Itinéraire parcouru et principal | Diapo suivante