Accueil : André Weill > Livre : Nous sommes faits pour marcher > Diaporama 7      | Autres ouvrages de l'auteur

Nous sommes faits pour marcher - diaporama

Les Apennins... 27 juin... Pontremoni...

"Car tout ce qui vit est sacré, la vie se réjouit de la vie." William Blake.

"Cerco l'ospitalità per la notte" ! Quand le pèlerin rejoint le bout du jour, le bout du rouleau, il doit encore demander l'hospitalité. C'est une épreuve qui lui permet de rencontrer sa vulnérabilité.

A cet instant, l’ego du pèlerin riche de son chemin, fier de sa fatigue, prétentieux dans sa démarche, pourrait croire à un quelconque dû céleste: hébergement, service, assistance, reconnaissance.

Ne le croyez pas.

La fatigue n'est là que pour tester l’humilité. Rien n’est dû. Quand le chemin s’arrête, quand le jour décline, le pèlerin apprend la fragilité et l’impatience. Il apprend à ne pas juger, à vivre la providence.

Il apprend à dire "oui" à ce qui arrive. Il apprend à recevoir le "oui" et le "non" avec la même humeur.

A cet instant, le pèlerin se vit pauvre car il se vit dépendant de l'autre. Cette quête l'amène à se reconnaître de même nature originelle que celui qui l'accueille ou le rejette.





Diapo précédente | Itinéraire parcouru et principal | Diapo suivante