Accueil : André Weill > Livre : Nous sommes faits pour marcher > Diaporama 6      | Autres ouvrages de l'auteur

Nous sommes faits pour marcher - diaporama

Les Apennins... 25 juin... Bore...

"Si j'ai marché avec l'oiseau, ben c'est la faute à ma jeunesse. A mon amour qu'est tête en l'air, à la flûte dans le roseau… Philippe Forcioli

Deux heures de marche, et pas vraiment le sentiment d’avoir vu le temps passer. Deux heures de marche irréelle. Ou bien au cœur du réel, je ne sais ! Deux heures comme ça en un clin Dieu. Au col du Polisson, à mille mètres d’altitude, c’est un subtil sentiment de Présence qui domine. Le montagnard connaît bien la force de ce sentiment. Non pas le sentiment de traverser l’espace, mais celui d’être traversé. Non pas celui de passer, mais d’être passé. Le sentiment de devenir transparent, malléable, disponible, vulnérable à Cela qui n’a pas de nom. Le sentiment d’être catapulté vers l’autre versant. Seul, en silence.

Avec le souffle pour témoin. Dans la fluidité du brouillard évanescent, chênes, épicéas et pins laricio prennent leur envol. Au devant de la scène, quelques genêts dorés. Un peu plus loin, l’anémone pulsatile frôle la gentiane bleue, l’orchis ou bien encore la soldanelle. Ici et là, arums et pivoines apportent une chaleur un peu plus méditerranéenne. Tel l’amoureux, le petit matin a déposé sur chaque fleur une myriade de mystères. Une myriade de gouttelettes d’eau. Une myriade de diamants qui vocalisent l’instant présent...





Diapo précédente | Itinéraire parcouru et principal | Diapo suivante