Accueil : André Weill > Livre : T'es toi quand tu marches > Diaporama 4      | Autres ouvrages de l'auteur

Aquarelles à Compostelle - Petit diaporama

Au petit matin, l'immensité de Aubrac a fissuré ma besace...

C'est la première fois.

C'est la première fois que ce sentiment de vastitude me prend. Plus le regard porte loin vers l'horizon, entre ciel et vallonnements, plus s'installe la peur de n'être rien, ou pas grand chose, juste une fragilité égarée dans un univers parfaitement indifférent.

C'est vraiment bête à dire, mais sur le chemin on apprend vite que le chemin continue toujours plus loin.

Quel que soit l'endroit où se pose le sac le soir, le chemin continue le lendemain.

Mais il n'est que de baisser le regard, de caresser la pierre, ou de regarder la vache, pour que le temps s'arrête et que l'envie de fuir l'instant présent disparaisse.

Il n'est que de remercier le chemin et la balise d'être là et de remercier tous ceux qui les ont placés ici, pour ne plus se sentir seul mais relié.

Il n'est que de goûter le pourtour salé des lèvres, de percevoir les battements du cœur et la tiédeur du souffle pour se remettre à chanter la vie.





Diapo précédente | Itinéraire parcouru et principal | Diapo suivante